Retrouvez votre équilibre grâce à la rebouthérapie ! – Toulouse

CARE Equilibres - massage, soins du dos

Cette page présente la Rebouthérapie selon trois niveaux :

Cette présentation est suivie des principales questions que vous vous posez à propos de la Rebouthérapie :

Présentation générale

Genèse

La Rebouthérapie a été créée en 2009 par deux praticiens Fawzi Chardome et Thierry Prossel (kinésithérapeute/ostéopathe et ostéopathe), pour répondre efficacement à un besoin dans la thérapie manuelle biomécanique. Des travaux de recherche et d’investigation dans plusieurs pays (notamment en Amérique du sud et au Maghreb), effectués par Thierry Prossel dans le monde des guérisseurs (rebouteux, druide, chamane, etc.), lui ont permis de redécouvrir ces techniques, utilisées jadis et encore mises en œuvre par certaines populations. Thierry Prossel a tenté de rassembler pièce par pièce ce savoir ancestral qui faisait preuve d’une grande efficacité, mais le plus souvent oublié et remplacé par des méthodes modernes. En croisant ce savoir acquis avec de nombreuses lectures (Braaden, 2007 et 2009 ; Gugenheim-Wolff, 2004 ; Leloup, 1999 et 2015 ; Manitara, 2004 ; Paul, 2008 ; Thevenot et Hert, 2014) et réflexions, une idée germe qui ne va plus le quitter : ces techniques sont issues d’un même noyau, celui des techniques employées par les Thérapeutes d’Alexandrie. Ces Thérapeutes, sont décrits par Philon, proches des Esséniens, constitués de femmes et d’hommes vivants (plusieurs centaines d’années avant notre ère) dans toute l’Egypte, avec une importante communauté résidant au bord du lac Maréotis, près d’Alexandrie (Leloup, 1999). Après son périple de plus de vingt ans à essayer de reconstituer l’œuvre des anciens d’un pays à l’autre, Thierry Prossel s’unit en 2009 avec Fawzi Chardome pour aboutir à une méthode de soin (Prossel, 2015-2017a-2017b), liant le savoir-faire ancien avec la connaissance anatomique et physiopathologique de la médecine moderne.

Définition

La Rebouthérapie est une pratique de soin issue de la Thérapeutique Manuelle. Elle utilise des techniques précises de correction (sans douleur, ni trust) visant cinq cibles principales d’action pour relancer les processus de régénération/régulation du corps: la peau, le fascia, le muscle et son tendon, les systèmes neuro-articulaire et neuro-viscéral.

La Rebouthérapie s’inspire des méthodes traditionnelles de soins « Esséniens » et s’appuie sur le pot commun des techniques de Thérapeutique Manuelle (rebouterie notamment) actualisées à la lumière des connaissances neuroanatomiques et neurophysiologiques modernes.

La Rebouthérapie consiste, à partir d’une anamnèse et de grilles de lecture corporelle (somato-émotionnelle), en un traitement manuel adapté pour faciliter le réalignement (local et/ou global) des structures anatomiques afin d’apporter un confort de vie au patient.

 

CARE Equilibres - soins des articulations - douleurs articulations

Concepts de référence

Le rebouthérapeute cherche en premier lieu l’origine de la douleur (posturale, articulaire et/ou viscérale) évoquée par le patient pour viser un soulagement rapide et durable. Pour cela, l’anamnèse doit être précise avec une vision globale du corps, en ayant constamment à l’esprit les interactions entre les différents plans (physique et émotionnel notamment) reliés aux différentes sphères de vie du patient (familiale, professionnelle, sportive, comportementale…).

Le traitement vise le réalignement corporel optimal pour apporter au patient une action de vie plus confortable par l’équilibre physiologique. En effet, le désaxage de notre squelette (neuro-articulaire mais aussi neuro-myofascial) dû à un traumatisme (physique, émotionnel) et/ou à une attitude posturale acquise peut surmener les capacités de régénération/adaptation du corps et engendrer à plus ou moins long terme des pathologies, localement ou à distance, sur les différents systèmes physiologiques. Ces « suites pathologiques » peuvent s’inscrire dans un véritable cercle vicieux autoentretenu, menaçant le fonctionnement général du corps. En effet, dans une vision systémique moderne, le corps est vu comme un ensemble de systèmes en interaction permanente, reliés entre eux par cinq types de lien (Tépé, 2010) psycho-biophysiques:

  • La biomécanique : système osseux, articulaire, myofascial ;

  • Les circulations liquidiennes : vasculaire, céphalo-rachidien, lymphatique ;

  • La neuro-endocrino-immunologie : système nerveux (central, périphérique, végétatif), endocrinien et immunologique ;

  • La respiration ;

  • Le lien psycho-émotionnel.

Ainsi, la Rebouthérapie, fusionnent les méthodes traditionnelles de soins « Esséniens » (basées sur les quatre éléments : terre, eau, feu, air) et des techniques actualisées de Thérapeutique Manuelle, avec une vision systémique récente du corps (basée sur les cinq liens précédents):

  • La Terre vers le lien biomécanique: l’étude posturale abordée par les chaines myofasciales et les plateaux posturaux permet d’objectiver et lever les lésions primaires pour replacer le patient dans son centre de gravité. Les techniques manuelles sont non forcées (sans douleur ni trust) visant quatre cibles principales d’action (la peau, le fascia, le muscle et son tendon, le système neuro-articulaire) en associant la respiration et/ou l’action du patient.CARE Equilibres - soins douleurs cervicales

  • L’eau vers la circulation liquidienne : les restrictions des flux liquidiens sont rétablies par des techniques de pression/dépression sur des organes et zones corporelles spécifiques. Ceci permet de relancer le transport et la distribution des éléments nutritifs ainsi que l’élimination des déchets.

  • Le feu vers le lien neuro-endocrino-immunologie : les plexus nerveux somatiques et viscéraux sont activés par des techniques neuro-stimulantes pour réguler les blocages énergétiques.

  • L’air vers la respiration : La rebouthérapie considère cet élément comme oxygénateur/dépresseur du système. Un lien d’équilibre est créé entre le diaphragme, le médiastin (cœur…), les poumons, les muscles posturaux et moteurs ainsi que certaines viscères. Dans cette action, le patient est recentré et détendu.

L’espace relie les quatre premiers éléments, comme le lien psycho-émotionnel interagit avec les autres. Ce dernier peut laisser une empreinte tissulaire qui peut être détectée et effacée par le rebouthérapeute. Mais l’espace est aussi pour le rebouthérapeute un potentiel qui peut lui permettre d’optimiser sa présence/perception et favoriser une approche plus intuitive, énergétique et intentionnelle de soin.

Le protocole de soin n’existe pas en Rebouthérapie. Il est supplanté par un soin personnalisé et justifié par l’anatomie, la biomécanique, la posturologie, etc.

Méthodologie de soin

Pour soigner, le rebouthérapeute exerce son art selon une méthodologie qui combine, une présence thérapeutique et une approche basée sur les connaissances anatomiques/neurophysiologiques:

  • Il visualise le corps en se référant à l’organisation posturale selon huit principaux plateaux corporels reliés entre eux par différentes bandes myofasciales. Cette analyse visuelle lui donne une modélisation biomécanique 3D du corps (4D si on rajoute la composante
    fonctionnelle/temporelle).

    CARE Equilibres Bande Myo-Fasciale postérieure
    Bande Myo-Fasciale postérieure
  • Pour remonter à l’origine de la douleur, il organise sa réflexion selon la question essentielle QTQ-QRQ : Qui Tient Quoi ? Qui Résiste à Quoi ?

  • Il palpe les tissus selon une connaissance aigue de l’anatomie topographique, sans cesse mise à jour.

  • Il applique un toucher anatomique adapté aux entités structurelles traitées, en jouant sur différentes phases respiratoire, pour :

    • Normaliser l’architecture des parties molles agencées en réseau (bandes myofasciales) ;

    • Vidanger les parties molles de leurs déchets cellulaires ;

    • Reprogrammer l’information neuro-articulaire et/ou neuro-viscérale.

  • Si besoin, il réaligne l’entité articulaire soit par traitement myotensif soit par des techniques adaptées et non forcées.

  • Il soigne sans perdre de vue l’éventuelle association entre structure anatomique et conflit émotionnel pour « déprogrammer » les zones algiques.

CARE Equilibres Les plateaux d'analyse
Les huits plateaux d’analyse

Au-delà de cette approche biomécanique, le rebouthérapeute s’appuie sur des qualités de présence thérapeutique indispensable pour affiner ses capacités sensorielles (tactiles bien sûr mais pas exclusivement) et intuitives. En effet, les techniques exercées doivent être précises : la main n’est pas posée au hasard, le touché à vocation intentionnelle doit être bien positionné. De plus, le contact s’adapte à la profondeur de la localisation du trouble, au seuil de sensibilité du patient et de son état métabolique. Un entraînement régulier est nécessaire pour développer cette perception subtile du corps afin de collecter des indices supplémentaires sur la fréquence de résonance pathologique des tissus.

Références

Braaden Gregg, La divine matrice, éd Ariane, 2007.

Braaden Gregg, La guérison spontanée des croyances. L’éclatement du paradigme des fausses limites, éd Ariane, 2009.

Gugenheim-Wolff Anne, Les Esséniens : Gardiens des manuscrits de la mer morte, éd. De Vecchi, 2004.

Leloup Jean-Yves, La sagesse qui guérit, éd. Albin Michel, 2015.

Leloup Jean-Yves, Prendre soin de l’Etre, les Thérapeutes selon Philon d’Alexandrie, éd. Albin Michel, 1999.

Manitara Olivier, Le livre secret des Esséniens : Les 10 paroles du soleil et les mystères d’Egypte, éd. Véga, 2004.

Paul André, Qumrâm et les Esséniens : L’éclatement d’un dogme, éd. Cerf, 2008.

Prossel Thierry, Solutionem de la Thérapie manuelle – Euréka du pied et du segment jambier, éd. SAURAMPS MEDICAL, 2015.

Prossel Thierry, Solutionem de la Thérapie manuelle ostéopathique – Euréka du rachis lombo-thoraco-cervical, éd. SAURAMPS MEDICAL, 2017.

Prossel Thierry, Solutionem de la Thérapie manuelle ostéopathique – Euréka du bassin, de la cuisse et du genou, éd. SAURAMPS MEDICAL, 2017.

Tépé Patrick, Le corps a ses raisons. Essais de posturologie, éd éfi, 2010.

Thévenot Paul et Hert Raymond, Résonance et intention : De nouvelles connaissances au service de votre santé, éd. Ambre, 2014.

Principales questions posées à propos de la Rebouthérapie :

Pourquoi choisir la Rebouthérapie ?

  • Elle est respectueuse du corps et adaptable à chaque individu : les techniques manuelles utilisées ont toutes étaient sélectionnées/adaptées pour leur efficacité thérapeutique et leur innocuité vis-à-vis des connaissances anatomo-physiologiques actuelles. Dans certains cas pathologiques, le rebouthérapeute peut juger bon d’utiliser certaines techniques anciennes de pose de ventouses et/ou moxas associées ou pas à des produits naturels en phytothérapie. Il peut aussi aiguiller le patient en demandant un complément d’information par imagerie médicale et/ou en l’orientant vers un médecin généraliste, spécialiste.

  • Elle est logique, méthodique et reproductible : même si chaque individu est unique et chaque traitement différent, une bonne partie du traitement est basé sur une méthodologie reproductible.

  • Le patient étant considéré dans sa globalité, ces techniques manuelles associées aux qualités de présence thérapeutique permettent au rebouthérapeute d’agir à la fois sur les plans physique et énergétique mais aussi d’avoir un retentissement plus profond, comme certains conflits émotionnels inconscients.

Pour quelles pathologies ?

La Rebouthérapie s’adresse principalement aux pathologies biomécaniques réversibles de l’appareil locomoteur (rachis et membres), qu’elles soient traumatiques ou chroniques. Des troubles viscéraux ainsi que des pathologies polyfactorielles mineures peuvent être traités, le plus souvent en collaboration avec d’autres professionnels de santé et de médecine alternative.

  • Membres supérieur et inférieur: entorse, contracture, tendinite, canal carpien, …

  • Rachis : torticolis, lombalgie, sciatalgie, …

  • Viscèro-crâne : problèmes de digestion, constipation, hémorroïdes, céphalées, acouphènes, troubles ORL …

  • Autres pathologies polyfactorielles : stress, fatigue, zona, eczéma/psoriasis, affections respiratoires…

Pour Qui ?

Bébés, enfants, adultes, séniors et sportifs, polyarthrosés, polytraumatisés …

Combien de séances sont nécessaires ?

Le nombre de séances dépend du type de pathologie et de son ancienneté. Le plus souvent, deux séances sont nécessaires pour régler les troubles biomécaniques mineurs, sachant que la deuxième séance sert souvent de contrôle/ajustement pour vérifier la pertinence des manipulations et leur impact sur l’évolution des troubles.

Combien de temps dure une séance ?

Cela dépend de la pathologie traitée et du rebouthérapeute (entre 30 min et 45 min). La première séance est souvent plus longue.

Quel est le prix d’une séance ?

Le prix d’une séance varie pour chaque rebouthérapeute en fonction de différents critères géographiques. Il se situe entre 40 et 60 euros.

Est-ce que les séances sont remboursées ?

Certaines mutuelles peuvent prendre en charge tout ou partie du montant de la consultation.

Comment sont formés et encadrés les rebouthérapeutes ?

La Rebouthérapie n’est pas une rebouterie médiévale, ni un catalogue de recettes, ni une solution miracle.

Les rebouthérapeutes sont issus du centre de formation « PROSSEL-FORMATION » : http://www.prossel-formation.com/ (anciennement CORPS Formation).

La profession est encadrée depuis mars 2016 par une institution : http://www.chambre-nationale-des-reboutherapeutes.fr/.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer