Hommage à Michel

Bonjour,

Voici un petit hommage à un ami philosophe, Michel Serres, récemment disparu. Pour cela, j’ai ressorti du grenier un texte de la conférence qu’il avait prononcé en ouverture du 1er Congrès de la Société Internationale Francophone d’Education médicale (SIFEM), organisé à Beyrouth les 1 et 2 juin 2006. Petit clin d’œil de l’histoire,  Tu es décédé 13 ans après jour pour jour… Tu l’avais intitulé “L’éducation médicale vue par un philosophe”. Te connaissant, tu ne t’es pas contenté d’aborder le sujet à la mode philosophique actuelle, mais tu as tranché dans le vif en dévoilant le secret transhistorique de la médecine: la difficile conciliation entre les deux têtes du médecin.  Très belle observation l’ami! Bicéphalie du patient aussi. On pourrait généraliser à l’évolution de l’espèce son impact sur la biosphère mais nous n’en sommes pas là… De cette lutte incessante pour l’accès à la lumière, tu résumes l’histoire de la médecine et ses événements marquants, de la Rome antique à l’occident moderne. Jusqu’à ce qu’un événement déchire l’histoire: “le praticien soignait toujours, il guérit désormais souvent. “

Comme un caillou qui ricoche puis pénètre à la surface d’un lac, cet impact historique de la guérison, diffusa trois stratégies d’ensemble, appliquées différemment selon les pays: (1) Traitement des maladies sur de grandes populations, (2) Politiques de prévention et (3) Gratuité des soins. Changement de normalité, il semble plus normal d’avoir la santé, transformant les groupes et les hommes. Tu te poses la question des maladies de l’âme… on pourrait discuter là dessus… une prochaine fois…

Voici que tu fais le lien entre l’histoire et l’anthropologie, lien entre l’évolution de l’individu et la la société, l’histoire et l’évolution, le caillou et le lac, la météorite et la biosphère. Dans cette nouvelle société, propulsée par cette accélération technologique sans précédent de ces 50 dernières années, tu te poses la question de son impact sur l’évolution des corps… transformation anthropologique des corps… processus que tu as nommé hominescence, fil conducteur de ton oeuvre. De ce point de non retour et/ou bifurcation temporelle, tu nous amènes à prendre conscience de ce paradoxe: Au moment où nous commençons à peine à exploiter les possibilités des nouvelles technologies, croit sa contre-partie: la rationalisation médicale. Cette dernière modifie de manière insidieuse mais profonde la relation patient-thérapeute, socle de base de la triade thérapeutique depuis plusieurs milliers d’années…

Dans “jeu à quatre” (argent, science, médias, administration), tu dénonces ces puissances à l’oeuvre qui opèrent sans régulation réelle et efficace. Tu te questionnes sur cette évolution et on sent dans tes propos une certaine impuissance: “Qui donc peut s’opposer à des pouvoirs sans balance?” “Comme au jeu du ciseau, de la feuille et de la pierre, chacune de ces puissances, tour à tour, prend le pouvoir sur les autres pouvoirs, sans changement notable pour ceux qui n’y participent pas”. De tout ton cœur tu en appelles à ta compagne, ta triade magique: pitié, amour, piété…

Dans “Bioculture”, tu reviens au détonateur de l’après-guerre, l’éradication de maladies infectieuses par antibiothérapie. Après les deux cataclysmes de cette première moitié de siècle, comment en vouloir à celles et ceux qui n’ont juré que par l’égalité “bactéries = ennemis à éradiquer”? Bactéries qui nous ont précédés sur Terre de plusieurs milliards d’années, qui nous accompagnent au plus profond de nos cellules et qui nous verront partir comme d’autres avant nous… Crise de la médecine et de l’agriculture, parallèle entre le médecin et le paysan, “apparemment dépossédés de leurs pratiques traditionnelles par lesdits formatages mais surtout par ce choc évolutif.” qu’est la réécriture du vivant. La vie dans sa totalité entre dans notre action et notre responsabilité. Appel à respecter le vivant et notre vaisseau spatial ?

Variations sur le thème médecin “sage qui mesure et médite”, le rapprochant du philosophe (et l’éloignant du sorcier) par médication et méditation. Mode, modéré, modestie pour accommoder. In fine, le médecin lutte pour le contingent, aux limites du possible et de l’impossible… tantôt se rapprochant du philosophe tantôt du sorcier…

Dans l’éducation médicale, tu t’adresses à l’étudiant en lui conseillant de relire : le Livre de Job, les Tragiques grecs et les neuf Béatitudes.

Un grand Merci l’ami, à 42 ans, même si je ne suis pas médecin,  je suis toujours étudiant:-)

PS: Pour le texte en entier c’est ici: pmed20067p135

Podcast Métamorphose – Danis Bois : Découvrir la méditation pleine présence

Bonjour,

Voici un podcast qui mérite à être connu: “Métamorphose, le podcast qui éveille la conscience…”. Chaque semaine, Anne Ghesquière nous emmène à “découvrir des thèmes engagés et positifs tels que : l’alimentation saine, la quête de soi, l’engagement, la psychologie, le féminin conscient, les pédagogies nouvelles et le vivant dans son ensemble.” Pour cela, elle diffuse, tous les lundis, une interview avec une personnalité qui incarne ces changements. Vous pouvez les découvrir et réécouter ici.

Le 28eme est consacré à la méditation pleine présence. Outre les questions techniques de cette approche, Danis Blois nous décrit avec chaleur et sincérité son cheminement de thérapeute… D’abord, kinésithérapeute puis ostéopathe, fasciathérapeute, chercheur-accompagnant… un parcours riche qui se déploie à travers ses différentes métamorphoses : faire un soin, prendre soin et apprendre à prendre soin. Laissez vous bercer par son contact. L’homme est chaleureux, le voyage riche de sens:-)

Bien à vous,

Emmanuel

Manifeste de la Jeunesse

Bonjour,

Parfois on ne sait pas trop pourquoi…? une rencontre, une image, un sourire, un mot, une lecture… a une répercussion et une résonance particulière sur l’instant… d’autres fois cet effet se produit à retardement des mois, voire des années après l’événement déclenchant. Ce mois-ci, cela a été pour moi une lecture, d’un livre paru en 2017 aux éditions Les Arènes, intitulé  “Le manifeste de la jeunesse”. Johny Pitts y présente, avec humour et authenticité, 10 portraits d’adolescents reliés par une soif insatiable de co-créer pour relever les défis de notre société. Il aurait pu en caser des centaines, voire même écrire un livre tous les ans jusqu’à la fin de sa vie:-) mais il a choisi ces dix portraits, qui résonnent tout particulièrement aujourd’hui. Si vous êtes comme moi et que votre fille/fils vous demande : “Papa, pourquoi tu veux que je lise ce livre?” Répondez lui de lire les quelques lignes de fin de l’auteur… Peut être aura-t-elle/il’ le déclic…? qui lui donnera des pistes de réflexion/action pour le présent et l’avenir, en écho peut-être à ces paroles de Franz Fanon citées par l’auteur : “Chaque génération doit, au cœur d’une relative obscurité, découvrir sa mission, la remplir, ou la trahir.”

De ces 10 rencontres, il en a extrait les similarités et en a tiré trois manifestes, qu’il a intitulés:

1/ Dix principes de l’excellence;

2/ Huit méthodes pour réussir;

3/ Cinq grands défis.

Les voici:-)

Très bonne lecture!

Emmanuel

Read more

Se soigner par le toucher

Comme je vous l’avais déjà évoqué dans un précédent post, je vous joins l’article de la revue « ça m’intéresse » de septembre 2016, intitulé : « Se soigner par le toucher ».

Vous y trouverez des informations intéressantes concernant le toucher (à la fois en termes de recherches scientifiques mais aussi de résultats pratiques) décrites de manière généraliste, autour des trois thèmes suivants :

  • La peau, un bijou de haute technologie (images 3 et 4). Loin d’être un simple outil d’exploration, le sens du toucher remplit de multiples fonctions, parfois inattendues. En effet, d’un point de vue « câblage neuro-sensitif/sensoriel de l’unité peau-cerveau », l’évolution nous a dotés de deux circuits spécifiques (en termes anatomique et physiologique) fonctionnant en synergie: le premier, conscient (connecté au cortex cérébral) et rapide, associé à des stimuli extérieurs ; le deuxième, inconscient (connecté au système limbique, le cerveau des émotions dont on a déjà parlé) et lent, associé aux émotions ressenties. Peut-être vous êtes-vous déjà demandé à quoi servaient réellement vos poils ? Outre leur fonction « isolation thermique » leur base (le follicule situé dans le derme, c’est-à-dire la partie de peau sous l’épiderme ; cf. figure ci-après) cache un type de capteur qui n’a pas fini de nous étonner… comme le poil d’ailleurs… en termes de développement locomoteur, de relation et d’apprentissage…
  • Comment le toucher soigne et apaise (images 5 et 6). On croyait ces techniques dépassées. Pourtant, elles reviennent en force, notamment à l’hôpital. Les techniques de toucher à visée thérapeutique ont déserté depuis bien longtemps les centres officiels de soins occidentaux. Néanmoins, un retour de ces techniques anciennes et naturelles semblent s’amorcer :  d’une part en raison d’une demande croissante de la population (voir le sondage de l’image 1) ; mais aussi en raison de leurs effets particulièrement bénéfiques pour réduire le niveau d’anxiété et de douleurs des patients hospitalisés atteStructureDeLaPeauints de pathologies lourdes (leucémie, …) associés à des traitements lourds. L’article cite les recherches menées par les équipes de Tiffany Field qui après ses travaux sur les prématurés (elle était maman d’un prématuré), a créé le premier centre occidental officiel sur le toucher : le Touch Research Institute a vu le jour en 1992 aux Etats-Unis à l’université de Miami. Des chercheurs des universités Harvard, Duke et du Maryland se sont joints à cette aventure et l’Institut soutient les travaux de trois autres centres à Los Angeles, à Paris et aux Philippines. La pratique du massage commence à être prise au sérieux par la communauté scientifique. Même en France, des initiatives voient le jour, notamment sous l’impulsion de sages-femmes et infirmières. L’article cite l’initiative de cette infirmière du service d’hématologie du CHU de Nantes, Armelle Simon, qui y a introduit le toucher-massage avec des résultats particulièrement intéressants. Vous apprendrez qu’un simple lien de « main à main » ou de « main à cœur » peut modifier vos émotions et avoir un impact sur l’autre et en retour sur vous. Je vous cite les résultats d’une étude menée dans les années 70 par un psychologue du comportement Chris Kleinke, citée dans l’interview de Jacques Fisher-Lokou (image 6) : Dans son expérimentation, un étudiant laissait des pièces de monnaie dans une cabine téléphonique. Une fois la personne suivante entrée, il lui demandait si elle avait vu ces pièces. 63% des personnes restituaient l’argent quand il n’y avait pas eu de contact physique, alors que 96% le faisaient lorsque l’étudiant s’arrangeait pour frôler la personne…
  • 12 méthodes pour rééquilibrer le corps (images 7 à 10). Vous trouverez un résumé rapide de 12 pratiques thérapeutiques basées sur le toucher (de l’ostéopathie au massage tantrique en passant par le Rolfing ou le Shiatsu) avec leurs spécificités et quelques références.

CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-1 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-2 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-3 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-4 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-5 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-6 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-7 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-8 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-9 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-10

Je reviendrai dans un prochain article sur le toucher pour tenter de mieux comprendre comment fonctionne le toucher en général et à visée thérapeutique en particulier.

D’ici là, n’hésitez pas à vous masser (ou vous faire masser) et à entrer plus en contact avec le vivant 🙂

Emmanuel

Bienvenue, Benvengut, Bienvenida, Benvenuto, Welcome

Tu ne me connais pas et pourtant, moi, je te connais

Tu ne me connais pas et pourtant, moi, je te connais (un peu): la Thérapeutique Manuelle a de ces bizarreries[1] ! Voilà quelques semaines, quelques mois, voire plusieurs années, tu as ressenti des douleurs dans le dos. Soit après un évènement traumatique bien déterminé, soit sans l’avoir consciemment identifié. Peut-être était-ce supportable au début et tu t’es dit « Cela passera avec le temps ». Et malgré ce que chantait ce cher Léo[2], rien n’y a fait : les douleurs ont persisté…
Read more