Dominique Bonneau : La Thérapeutique Manuelle vue par un Médecin

Bonjour,

Je me rends compte que je n’ai pas posté de news depuis quelques temps. J’y remédie aujourd’hui en vous transmettant avec François nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2018:-)

Voici un extrait de l’interview de Dominique Bonneau (Médecin et Thérapeute Manuel) que j’ai la chance de connaitre. Je l’ai rencontré lors d’une formation (en Biomécanique Humaine et Troubles Musculo-Squelettiques) qu’il animait (malgré une grosse chaleur dans une atmosphère particulièrement agréable) au Palais des papes d’Avignon lors de l’été 2016. Sacrés Souvenirs!

Vous pourrez retrouver ici l’intégralité de cet interview.

Très bonne lecture.

Emmanuel

Dominique Bonneau est médecin mais aussi thérapeute manuel.

Pour lui, la thérapeutique manuelle n’a pas la place qu’elle mériterait dans le soin conventionnel. Car malgré des résultats souvent bénéfiques pour les patients, ces techniques sont encore rejetées, parfois en raison de certaines théories fantaisistes, alors qu’elles pourraient être utiles aux générations futures de praticiens et de patients. Parvenu aujourd’hui à l’âge de la transmission, Dominique Bonneau a souhaité laisser aux professionnels de santé un guide qui leur permette de s’investir dans ces champs thérapeutiques assez négligés, d’autant qu’aucun n’ouvrage ne traitait de ce sujet de manière aussi exhaustive.

Aujourd’hui relativement peu de professionnels de santé sont formés aux thérapies manuelles en France, Ces thérapeutiques sont donc en grande partie enseignées en dehors des facultés de médecine, des écoles de kinésithérapie ou de sages-femmes. Ainsi l’ostéopathie et la chiropraxie sont-elles exercées majoritairement par des non-professionnels de santé, sans compter la pratique plus marginale mais toujours présente des rebouteux et pas seulement dans nos campagnes et celles des praticiens de bien-être qui utilisent leurs mains pour prodiguer des soins.

Toutefois, au départ du soin, c’est bien le médecin qui pose le diagnostic médical. Bien souvent, une fois le diagnostic posé par le médecin, les patients vont s’adresser, grâce au bouche-à-oreille, aux praticiens des thérapeutiques manuelles, aujourd’hui bien médiatisées, parce que leurs techniques sont efficaces pour soulager les douleurs fonctionnelles qui altèrent la qualité de vie du quotidien. Aussi Dominique Bonneau choisit-il de parler de thérapies convergentes, puisque toutes ces techniques n’ont qu’un seul but : soigner. C’est pourquoi il semble indispensable d’établir des ponts entre ces différentes  approches qui ne se rencontraient jusque là jamais, c’est bien l’objectif de l’ouvrage « Thérapeutique Manuelle » de faire accéder les unes à la connaissance des autres pour le bien du patient

Pour réaliser cet ouvrage,  l’auteur a observé toutes les pratiques manuelles en faisant abstraction de leurs aspects théoriques parfois très discutables. Il les a ensuite abordées avec les données actuelles de la science, en évoquant notamment le rôle fondamental de la peau, encore trop négligé, voire ignoré.

La peau est un capteur majeur souvent sous-estimé, sensible au rayonnement électromagnétique, ou thermique, à la pression, à la vibration… et c’est bien au travers de la peau que l’ostéopathie, le shiatsu, la réflexologie plantaire ou la fasciathérapie agissent en premier.

Le revêtement cutané est l’interface entre le milieu extérieur et le milieu intérieur, et il est l’objet de recherches poussées alors qu’auparavant on ne se focalisait essentiellement sur les organes des sens tels que  les yeux, les oreilles, le nez et la langue. Or la peau nous sertit, nous enveloppe et c’est elle qui nous permet d’être en lien avec l’autre au niveau du toucher. C’est ce qui est fondamental pour le patient. En effet, quand ce dernier ne se sent pas reconnu dans la douleur de son corps, il génère une charge émotionnelle forte qui retentit avec des souvenirs conscients ou inconscients de son enfance et cela provoque une souffrance profonde qui peut s’amplifier avec des composantes neurologiques, voire psychologiques.

Toucher la zone douloureuse, c’est reconnaître la douleur, la cause, et cela « soulage » déjà un peu le patient.

Toutefois le toucher n’est pas une priorité dans le monde de la recherche médicale car ces techniques sont considérées comme chronophages et non-compatibles avec une médecine scientifique hautement technologique. Aussi, l’on préfère souvent se fier à l’imagerie plutôt qu’au toucher en se privant d’un outil non négligeable et naturellement accessible. C’est pour cela que cette part de l’acte de soin considérée comme mineure a été délaissée.

Si le nord de l’Europe intègre les thérapies manuelles dans le cursus des professionnels de santé, notamment les physiothérapeutes, ce n’est pas le cas du  sud de l’Europe, ce qui a pour conséquence une prise en charge absente ou restreinte de ces actes par la sécurité sociale, selon les classifications  propres à chaque discipline.

Mais une quinzaine de facultés de médecine françaises proposent aux médecins une formation spécifique, sanctionnée par un diplôme inter universitaire de médecine manuelle –ostéopathie.  Il est certes logique de privilégier les pratiques médicales telles que le traitement des urgences, la pose du bon diagnostic pour des maladies graves comme des cancers et la préconisation des thérapies optimales pour les traiter.

Mais en pratique courante, « dite de ville », les médecins généralistes sont confrontés à un grand nombre de pathologies fonctionnelles musculo-squelettiques qui peuvent bénéficier d’une prise en charge manuelle.

La prise en charge optimale d’un patient repose sur une équipe médicale et paramédicale où chacun trouve et prenne sa place en ayant comme lien un diagnostic commun.

Ce guide qui leur est destiné repose sur les fondements de  la médecine expérimentale, en référence à Claude Bernard. Le Professeur Jean Dubousset de l’Académie de médecine l’a d’ailleurs préfacé pour saluer cette démarche, même si l’évaluation de ces techniques est rendue complexe par le nombre de  paramètres en jeu (techniques manuelles reproductibles, diagnostics communs, validation de tous les paramètres…).

Se soigner par le toucher

Comme je vous l’avais déjà évoqué dans un précédent post, je vous joins l’article de la revue « ça m’intéresse » de septembre 2016, intitulé : « Se soigner par le toucher ».

Vous y trouverez des informations intéressantes concernant le toucher (à la fois en termes de recherches scientifiques mais aussi de résultats pratiques) décrites de manière généraliste, autour des trois thèmes suivants :

  • La peau, un bijou de haute technologie (images 3 et 4). Loin d’être un simple outil d’exploration, le sens du toucher remplit de multiples fonctions, parfois inattendues. En effet, d’un point de vue « câblage neuro-sensitif/sensoriel de l’unité peau-cerveau », l’évolution nous a dotés de deux circuits spécifiques (en termes anatomique et physiologique) fonctionnant en synergie: le premier, conscient (connecté au cortex cérébral) et rapide, associé à des stimuli extérieurs ; le deuxième, inconscient (connecté au système limbique, le cerveau des émotions dont on a déjà parlé) et lent, associé aux émotions ressenties. Peut-être vous êtes-vous déjà demandé à quoi servaient réellement vos poils ? Outre leur fonction « isolation thermique » leur base (le follicule situé dans le derme, c’est-à-dire la partie de peau sous l’épiderme ; cf. figure ci-après) cache un type de capteur qui n’a pas fini de nous étonner… comme le poil d’ailleurs… en termes de développement locomoteur, de relation et d’apprentissage…
  • Comment le toucher soigne et apaise (images 5 et 6). On croyait ces techniques dépassées. Pourtant, elles reviennent en force, notamment à l’hôpital. Les techniques de toucher à visée thérapeutique ont déserté depuis bien longtemps les centres officiels de soins occidentaux. Néanmoins, un retour de ces techniques anciennes et naturelles semblent s’amorcer :  d’une part en raison d’une demande croissante de la population (voir le sondage de l’image 1) ; mais aussi en raison de leurs effets particulièrement bénéfiques pour réduire le niveau d’anxiété et de douleurs des patients hospitalisés atteStructureDeLaPeauints de pathologies lourdes (leucémie, …) associés à des traitements lourds. L’article cite les recherches menées par les équipes de Tiffany Field qui après ses travaux sur les prématurés (elle était maman d’un prématuré), a créé le premier centre occidental officiel sur le toucher : le Touch Research Institute a vu le jour en 1992 aux Etats-Unis à l’université de Miami. Des chercheurs des universités Harvard, Duke et du Maryland se sont joints à cette aventure et l’Institut soutient les travaux de trois autres centres à Los Angeles, à Paris et aux Philippines. La pratique du massage commence à être prise au sérieux par la communauté scientifique. Même en France, des initiatives voient le jour, notamment sous l’impulsion de sages-femmes et infirmières. L’article cite l’initiative de cette infirmière du service d’hématologie du CHU de Nantes, Armelle Simon, qui y a introduit le toucher-massage avec des résultats particulièrement intéressants. Vous apprendrez qu’un simple lien de « main à main » ou de « main à cœur » peut modifier vos émotions et avoir un impact sur l’autre et en retour sur vous. Je vous cite les résultats d’une étude menée dans les années 70 par un psychologue du comportement Chris Kleinke, citée dans l’interview de Jacques Fisher-Lokou (image 6) : Dans son expérimentation, un étudiant laissait des pièces de monnaie dans une cabine téléphonique. Une fois la personne suivante entrée, il lui demandait si elle avait vu ces pièces. 63% des personnes restituaient l’argent quand il n’y avait pas eu de contact physique, alors que 96% le faisaient lorsque l’étudiant s’arrangeait pour frôler la personne…
  • 12 méthodes pour rééquilibrer le corps (images 7 à 10). Vous trouverez un résumé rapide de 12 pratiques thérapeutiques basées sur le toucher (de l’ostéopathie au massage tantrique en passant par le Rolfing ou le Shiatsu) avec leurs spécificités et quelques références.

CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-1 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-2 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-3 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-4 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-5 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-6 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-7 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-8 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-9 CaMinteresse-SeSoignerParLeToucher-10

Je reviendrai dans un prochain article sur le toucher pour tenter de mieux comprendre comment fonctionne le toucher en général et à visée thérapeutique en particulier.

D’ici là, n’hésitez pas à vous masser (ou vous faire masser) et à entrer plus en contact avec le vivant 🙂

Emmanuel

Congrès “La pensée de l’homme crée-t’elle ses maladies?” : 1er avril 2017 Montpellier

Congrès sur la santé de demain intitulé “La pensée de l’homme crée-t’elle ses maladies?” organisé à Montpellier le samedi 1er avril 2017, sous la présidence d’Edgar Morin.

Je vous transmet l’annonce de l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle car en plus de connaitre cet institut, vous pouvez bénéficier d’une réduction de tarif non négligeable:

La pensée de l’homme crée-t-elle ses maladies? Question intéressante qui fera l’objet du congrès La santé de demain organisé à Montpellier.

 

Une journée d’exception autour de Conférences ▪︎ Rencontres ▪︎ Échanges ▪︎ Partages avec des spécialistes de la santé de demain (sous la présidence d’Edgar Morin).

La vision mécaniste du corps humain, en lien avec la science moderne, a fait oublier la réflexion sur l’information majeure qui anime le corps humain par son état d’être et de penser.
Une médecine informationnelle est à découvrir, suite aux travaux de recherches scientifiques depuis Max PLANCK jusqu’à Luc MONTAGNIER.

Cette médecine peut montrer le chemin de la santé de demain.

  • Pr Henri Joyeux, “Lutter contre le Stress, un remède anti-cancer”
  • Pr Jean Bernard Foutillan, « Stress et dérèglement du système Veille-Sommeil”
  • Pr Konstantin Korotkov, « Médecine Quantique : Santé et Conscience”
  • Christian Bordes, « Se soigner par la pensée : conduite à tenir”
  • Jacques Collin, « L’eau, la fondation du monde et la pensée humaine”
  • Dr Claude Lagarde, « Mode de vie et pensée, bases de la santé”

 

Excepté Edgar Morin (personnage atypique pour qui j’ai une grande estime) et Henri Joyeux (que j’ai eu l’occasion de rencontrer lors d’une conférence à Toulouse), je ne connais pas ces intervenants. Néanmoins, les sujets abordés me paraissent particulièrement riches et pertinents pour susciter l’intérêt d’autres personnes ouvertes sur des approches de soin alternatives et complémentaires.

Bien amicalement,

Emmanuel

Exposition De Foudre et de Diamant Toulouse : 13 décembre 2016 – 21 mai 2017

Exposition à Toulouse (musées Paul Dupuy et Georges Labit) intitulée “De Foudre et de Diamant” du 13 décembre 2016 au 21 mai 2017 pour découvrir et mieux comprendre le bouddhisme de tradition tibétaine. Vous trouverez aussi plein d’autres thèmes abordés particulièrement riches à la fois pour les petits et grands, sous forme :

  • d’expositions (peintures tibétaines, photos de Matthieu Ricard et Isabelle Garcia-Chopin),
  • de conférences (Soufisme, Hindouisme, Méditations…) et,
  • d’ateliers (bols chantants, mandalas, géométrie sacrée…).

Je vous transmet le dernier programme (01/03 – 21/05) que j’ai scanné du mieux que j’ai pu car introuvable a priori sur le net…

DeFoudreetdeDiamant-Toulouse-1DeFoudreetdeDiamant-Toulouse-2DeFoudreetdeDiamant-Toulouse-3DeFoudreetdeDiamant-Toulouse-4DeFoudreetdeDiamant-Toulouse-5

De belles expériences d’ouverture et d’intériorisation en perspective:-)

Bien à vous,

Emmanuel

Bienvenue, Benvengut, Bienvenida, Benvenuto, Welcome

Tu ne me connais pas et pourtant, moi, je te connais

Tu ne me connais pas et pourtant, moi, je te connais (un peu): la Thérapeutique Manuelle a de ces bizarreries[1] ! Voilà quelques semaines, quelques mois, voire plusieurs années, tu as ressenti des douleurs dans le dos. Soit après un évènement traumatique bien déterminé, soit sans l’avoir consciemment identifié. Peut-être était-ce supportable au début et tu t’es dit « Cela passera avec le temps ». Et malgré ce que chantait ce cher Léo[2], rien n’y a fait : les douleurs ont persisté…
Read more

Ouverture !

Le premier patient sera accueilli la semaine prochaine ; tout n’est pas tout à fait en place mais on progresse !